Prêts sur fonds d’épargne
L’épargne de tous au service de l’intérêt général

Un premier centre d’hébergement d’urgence fabriqué en modulaire bois entièrement démontable dans le 16ème à Paris

Le Centre d’hébergement d’urgence (CHU) baptisé « La Promesse de l’Aube » géré par l’association Aurore est situé aux portes de Paris dans le 16ème arrondissement. Inauguré en novembre dernier, ce centre permet d’accueillir 200 personnes nécessitant une mise à l’abri. Implantée pour une durée de 3 ans, " La promesse de l’aube " est une première en son genre et permet de répondre avec une forte réactivité au phénomène grandissant du « sans-abrisme ».

Un procédé architectural innovant au service d’une mission régalienne

Le CHU est constitué de cinq petits bâtiments de un à deux étages, formés par 120 modules (2800 m² de surface plancher), entièrement en bois de provenance française, dont l’esthétisme s’intègre parfaitement dans l’environnement de l’Allée des fortifications en bordure du Bois de Boulogne. Le temps de construction réalisation a duré 5 mois, de la fabrication des modules en usine vendéenne jusqu’à la pose et l’assemblage sur site. Entièrement démontable, ce centre permet de faire face à l’urgence comme le rappelle Emmanuelle Cosse, Ministre du logement : "On a besoin de places qui sont des places temporaires. L’hébergement d’urgence est une mission régalienne de l’État."

Pensé comme un lieu de vie avec 134 chambres, des salons communs, des salles de jeux pour les enfants, un réfectoire et même une infirmerie, le centre accueille 200 personnes, aussi bien des personnes isolées que des familles avec enfants, qui viennent par la plateforme SIAO (Système intégré d’accueil et d’orientation – plate-forme en charge de l’organisation et de la centralisation des demandes de prise en charge des personnes sans abri ou mal logées).

Une équipe pluridisciplinaire de 26 professionnels se relaie 24 heures sur 24 pour encadrer la vie quotidienne du centre et accompagner les personnes jusqu’ à la sortie du centre au terme d’une période de séjour de trois à six mois.
Ce projet, médiatisé par les nombreux recours de ses opposants, a depuis son inauguration, suscité des réactions très positives de toute part, tant sur le projet architectural que sur le projet social. « Nous avons déjà reçu de nombreuses propositions d’aides de riverains, de tout âge…Beaucoup nous ont déjà proposé des vêtements, des choses pour les enfants… » comme le souligne Eric Pliez, Directeur général de l’association Aurore.