La station d’épuration du Charlet, un projet « vert »…

Ce projet emblématique sur le plan de la protection des écosystèmes, du respect de la nature et de l’intégration au paysage a été financé par l’un des premiers prêts sur fonds d’épargne signés alliant livret A et taux fixe sur ressource européenne.

Un projet "développement durable" emblématique

Située à la Sauvetat (département du Puy-de-Dôme, région d’Auvergne-Rhône-Alpes), cette opération s’appuie sur le procédé des boues activées qui reproduit le système d’autoépuration d’une rivière. Grâce à une microfaune bactérienne, la pollution reçue se transforme en présence de l’air en boues. Une partie de ces boues, traitée par un clarificateur, se transforme à son tour en eau clarifiée. L’originalité de ce projet repose sur la réhabilitation de l’ancienne station d’épuration, devenue obsolète après 35 ans de service, en marais qui fera subir à l’eau un traitement supplémentaire avant d’être rejettée dans le milieu naturel.

Une double "première" pour la Caisse de Dépôts

Le prêt, de 500 K€ sur un montant total du projet de 2,5 M€, contracté auprès du SIVOM du Charlet (Syndicat intercommunal à vocations multiples regroupant les communes d’Authezat, la Sauvetat et Plauzat pour la création et la gestion de l’assainissement collectif) est un des premiers prêts sur fonds d’épargne signés alliant livret A et taux fixe sur ressource européenne, c’est aussi l’un des premiers portant sur un projet nouvellement éligible au Prêt "croissance verte" (infrastructures d’eau et d’assainissement).


Photographie © Caisse des Dépôts - direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes