L’Union sociale pour l’habitat et la Caisse des Dépôts attribuent le prix 2016 de thèse sur l’habitat social

Le prix 2016 de thèse sur l’habitat social a été décerné par l’Union sociale pour l’habitat et la Caisse des Dépôts le 28 septembre 2016 au Congrès Hlm de Nantes.

L’objectif de ce prix est de mettre en lumière des travaux de recherche favorisant la compréhension de l’habitat social, faciliter la coopération entre acteurs du logement social et chercheurs, encourager ceux-ci à développer des travaux dans ce champ et inciter les organismes Hlm à accueillir de jeunes chercheurs.

Le prix de thèse 2016 a été décerné à :

 Raphaël Frétigny pour sa thèse en Science politique, soutenue le 7 décembre 2015 à l’Institut d’études politiques de Lyon, sous le titre « Financer la cité. La Caisse des Dépôts et les politiques de développement urbain en France ».

En outre le jury a également décerné deux prix spéciaux à :

 Marie Lanzaro pour sa thèse en Urbanisme, Aménagement et Politiques urbaines, soutenue le 4 avril 2014 à l’Université Paris-Est, sous le titre « Sortir de l’hébergement d’insertion vers un logement social en Ile-de-France. Des trajectoires de relogement, entre émancipation et contraintes ».

 Johanna Lees pour sa thèse en Sociologie, soutenue le 12 septembre 2014 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, sous le titre « Ethnographier la précarité énergétique : au-delà de l’action publique, des mises à l’épreuve de l’habiter ».

Les récompenses ont été remises aux trois lauréats par Valérie Fournier, présidente du jury, directrice générale d’Habitat en région et présidente de la Fédération des entreprises sociales pour l’habitat et par Olivier Mareuse, vice-président du jury, directeur des Fonds d’épargne de la Caisse des Dépôts.

Le jury composé de dirigeants d’organismes Hlm, de représentants de la Caisse des Dépôts et de l’Institut CDC pour la recherche, et de membres de la communauté scientifique a souligné l’excellence des thèses primées sur des sujets aussi divers et éclairants que l’impact des politiques de financement du logement sur la fabrique urbaine (Raphaël Frétigny), l’analyse des trajectoires de relogement de personnes hébergées au sein de structures d’insertion (Marie Lanzaro) ou encore la mise en regard des politiques publiques de lutte contre la précarité énergétique et de l’expérience de familles touchées par ce phénomène dans le parc privé (Johanna Lees).
L’accessibilité et la grande qualité de rédaction de ces travaux devraient encourager les acteurs de l’habitat social à s’en saisir.

Ce prix a reçu le soutien du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Plan urbanisme, construction et architecture (PUCA) et du Réseau français recherche habitat logement (REHAL).