Prêts sur fonds d’épargne
L’épargne de tous au service de l’intérêt général

Conjoncture économique et financière 2ème trimestre 2015

La dynamique de la croissance mondiale est hétérogène en 2015 : si dans les pays développés l’activité reste bonne, quoique parfois volatile (Etats-Unis), le contexte est moins porteur pour les pays émergents. Le commerce mondial enregistre ainsi une faible dynamique.

En zone euro, la reprise se confirme (1,0% sur un an), une bonne performance qui s’explique par le prix bas du pétrole et par la dépréciation de l’euro. La France bénéficie également de ces circonstances favorables (0,8% de croissance sur un an) et la reprise devrait se poursuivre, de façon moins dynamique cependant (croissance attendue pour 2015 ; 1,1% à 1,2 %). Par ailleurs, le risque déflationniste s’éloigne, l’inflation sur un an s’élevant à 0,3% en mai, alors qu’elle était négative au premier trimestre.

En ce qui concerne les marchés financiers, après un 1er trimestre porteur, le 2ème trimestre a été nettement plus nuancé. En effet, la hausse des taux sans risque, de par son ampleur et sa rapidité, est source d’inquiétudes, les bonnes nouvelles conjoncturelles ont déjà été intégrées dans les prix des actifs, portant la valorisation à un niveau élevé et propice à des prises de bénéfices et la crise de financement de la Grèce a dégradé l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués. En France, le CAC 40 a décru de 4,8% au 2ème trimestre (mais reste tout de même en hausse de +12,1% depuis le début de l’année).

Cet été, l’évolution du dossier grec sera cruciale pour la stabilisation du contexte financier. Son impact sur la confiance sera surveillé : un retournement fragiliserait la reprise économique. Par ailleurs, les investisseurs seront focalisés sur la Réserve Fédérale américaine qui prépare le marché à une hausse des taux directeurs.

Lire le n° 54 de Conjoncture