Conjoncture : de nouveaux indicateurs de la construction

En se dotant d’une nouvelle méthode de calcul des mises en chantiers, le Ministère du logement a revu à la hausse le nombre de logements construits. Ainsi, de 2004 à 2014, près de 360 000 logements supplémentaires s’ajoutent à l’évaluation initiale, soit 4 600 000 logements construits sur la période à la place de 4 240 000 comptabilisés. Cette révision n’a toutefois pas d’impact sur la tendance au cours de la décennie passée.

Le pic de l’activité de construction observé en 2006-2007 (avec près de 500 000 logements mis en chantier) n’a jamais été renouvelé et la baisse d’activité entre 2013 et 2014 reste identique (-11 %) à l’évaluation initiale.

Bien que les logements qui relèvent du secteur privé et du secteur social ne soient pas distingués dans les chiffres de la construction du Ministère du logement, des indicateurs permettent de retracer l’activité de construction locative sociale :

 de 2004 à 2011, cette construction a fortement augmenté sous l’effet du plan de cohésion sociale, du programme national de renouvellement urbain (PNRU) et du plan de relance de 2008 ;
 en 2012 et 2013, l’activité s’essouffle dans l’attente des nouvelles mesures à mettre en œuvre : le nouveau PNRU, la mise à disposition du foncier public, la simplification des normes et règlementations...
 l’activité de 2014 repart à la hausse sous les effets du nouveau plan de relance pour le logement de 2013, couplé à la révision haussière de l’objectif de logements sociaux par commune à 25 % du parc de la commune, du taux du livret A historiquement bas et de la mobilisation des acteurs du secteur.

Lire la synthèse


Image © Phovoir